L’Histoire de la Langue Française est inspirante ! En effet, si l’écriture inclusive paraît lourde et complexe (car nouvelle principalement et dérangeante de recherche d’égalité certainement), d’autres règles d’accords ont existé avant la règle du “masculin l’emporte sur le féminin”. Cette dernière a été énoncée au XVIIème siècle sous ces termes : “le genre le plus noble s’impose lorsque les deux genres sont en présence”

Comment les accords se faisaient donc avant ?

Il y avait eu 2 règles principalement :

  • La règle de proximité
  • La règle de majorité

La règle de proximité

Il s’agit d’accorder les mots avec le dernier nom, par exemple : les garçons et la filles sont joyeuses

La règle de majorité

Il s’agit d’accorder les mots avec le nom qui représentent le plus grand nombre de personnes. Si nous reprenons l’exemple précédent cela donne : les garçons et la fille sont joyeux.

Alors, me direz vous, que faire en cas de parfaite égalité ? J’aurais tendance à vous répondre inclusive mais cela pourrait être aussi écrit et dit ainsi : les 3 garçons et les 3 filles sont joyeux et joyeuses  ou encore les filles et les garçons son d’humeur joyeuse.

Il est certain qu’une seule règle ne peut répondre au souhait de représentativité et d’égalité de traitement, mais plusieurs peuvent permettre cela.

Je détaillerais plus tard :

  • la règle de l’ordre alphabétique
  • l’usage de nom représentatif et non sexué